Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2010 5 08 /10 /octobre /2010 15:46

Zoo de VincennesUn ensemble architectural et paysager unique : le zoo de vincennes

 

Le zoo de Vincennes, aménagé de 1932 à 1934 sur une surface de près de 15 hectares au cœur du bois du même nom, est fermé au public depuis 2008. Il est depuis peu gravement menacé par un projet « d’embellissement », consistant en une démolition complète, à l’exception notable du « grand rocher ». Restauré en 1994-1997, celui-ci est un totem bien connu des Parisiens. Un tel projet, lancé d’évidence avec les meilleures intentions, signe la méconnaissance complète de la valeur exceptionnelle de ce patrimoine paysager, créé il y a 70 ans à peine.

Le zoo est l’œuvre d’un grand architecte parisien, Charles Letrosne (1868-1939), qui a beaucoup construit durant l’entre-deux-guerres, tant à Paris qu’à Reims, Noyon ou Vichy. Figure marquante du mouvement régionaliste, attentif aux sites et aux paysages culturels, Letrosne a rompu à Vincennes avec l’ancien système qui, comme au Jardin des Plantes de Paris, utilisait pour enfermer les animaux sauvages une architecture raffinée de fabriques, nourrie de citations classiques. Pour la première fois à cette échelle, il a en effet imposé le procédé inventé en 1907 pour le zoo de Hambourg par Carl Hagenbeck : une série de rochers artificiels en béton, formant à la fois des loges et des refuges entourés de fossés, où les bêtes étaient vues sans barreaux, ni cages. Sculptant le paysage avec le béton comme un démiurge, Letrosne a ainsi créé un ensemble unique dans l’architecture parisienne, ensemble qui connut un immense succès en raison de la proximité visuelle et physique nouvelle qu’offrait, sans aucun danger, cette mise en scène des animaux.

Le signal le plus spectaculaire de cet ensemble demeure le grand rocher, qui culmine à 65 mètres et qui abritait à l’origine deux citernes d’eau destinées au zoo, tout en offrant une terrasse panoramique en sommet. Avec sa structure de poutres piranésiennes et sa peau de quelques centimètres d’épaisseur seulement, c’est une époustouflante réalisation, tant technique que plastique. Conservé dans le projet actuel, ce chef-d’œuvre ne se comprend pourtant pas sans les autres rochers, qui lui donnent son échelle et comportent tous, comme le rocher aux singes voisin, des dispositifs performants en terme de paysage et de pittoresque. Quand tant de progrès dans l’approche des sites culturels ont été faits depuis un demi-siècle, comment peut-on encore envisager le patrimoine comme une sélection des « beaux morceaux » au détriment d’une logique d’ensemble ?

Fragiles, mal entretenus, aujourd’hui laissés à l’abandon, ces rochers de béton, véritables incunables de l’art paysager moderne, nécessitent des restaurations, comme le parc avec ses plantations mérite d’être repris. Faut-il pour autant réfléchir avec le bulldozer ?

Au moment où l’architecture de béton, avec les plus fameuses œuvres de Le Corbusier, Le Havre de Perret (patrimoine mondial), le Royan de Guillaume Gillet ou la Halle Freyssinet à Paris dans le 13e, a trouvé ses lettres de noblesse et participe pleinement de l’héritage bâti français. Raser le zoo de Vincennes serait anéantir un ensemble unique qui a sa place dans cette longue histoire. Cette amputation en entraînerait d’ailleurs une autre : depuis l’Antiquité et Platon, le rocher et la grotte constituent un des thèmes majeurs de la pensée occidental. Avec les nymphées de la Renaissance italienne, par les faux rochers des jardins des Lumières et d’Hubert Robert, en passant par le facteur Cheval et les décors de cinéma du XXe siècle, les rochers de Vincennes occupent une place singulière dans l’imaginaire poétique de notre temps.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Paris historique - dans On en parle beaucoup
commenter cet article

commentaires

Claude GODARD 08/10/2010 16:59


Votre article intéressant mais il ne prend pas en compte l'aspect "animal" du problème. L'évolution des parcs zoologiques est un fait, on ne peut plus faire vivre une faune, souvent en voie
d'extinction, dans du béton ou dans des cages (comme c'est notamment le cas dans la ménagerie du Muséum d'Histoire Naturelle).


Présentation

  • : Le blog de Paris historique
  • Le blog de Paris historique
  • : Sauv'dernière est le blog de l'association pour la Sauvegarde et la Mise en valeur du Paris historique. Il publie l'actualité de la défense du patrimoine de tous les quartiers parisiens et des communes d'Ile-de-France...
  • Contact

Profil

  • Paris historique
  • Entreprendre et mener toute action permettant de promouvoir, protéger et faire connaître les quartiers de Paris et des communes d'Ile-de-France, afin de faire reconnaître et de sauvegarder leur harmonie architecturale, urbaine et sociologique.
  • Entreprendre et mener toute action permettant de promouvoir, protéger et faire connaître les quartiers de Paris et des communes d'Ile-de-France, afin de faire reconnaître et de sauvegarder leur harmonie architecturale, urbaine et sociologique.

A l'enseigne de l'Ours

Saissisez Votre Mot-Clé

Le cellier d'Ourscamp

On En Parle Beaucoup...