Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 21:31

C’est l’architecte Eugène Train (1832-1930) qui est choisi pour construire le projet. Il est invité à respecter scrupuleusement un programme établi par la ville, maître d’ouvrage, programme qui préfigure le règlement de construction des "maisons d’école" instauré par Jules Ferry en 1880.

Eugène Train s’est surtout illustré dans la construction des bâtiments scolaires. Outre le collège Chaptal, on lui doit notamment le lycée Voltaire, bon nombre d’écoles parisiennes ainsi que les autels des églises Saint-Augustin, la Madeleine, Passy...

Train réalise un ensemble monumental où sont soignés l’organisation générale et les plus infimes détails. Le plan réutilise la division en trois collèges de l’école François-Ier - grand, moyen et petit collège - chacun organisé autour d’une cour. Chacune des divisions a son fonctionnement propre et ses entrées distinctes boulevard des Batignolles, rue de Rome, rue Andrieux, mais elles sont reliées aux services commmuns (gymnase, réfectoire, amphis de physique et chimie...) par des galeries couvertes.

La façade au 45 boulevard des Batignolles (8e) renferme les locaux de l’administration. Chaque collège possède ses salles de classe, ses salles d’études et son (ou ses) amphithéâtre(s). Les parties communes - réfectoires, salle de dessin - sont au centre de la composition. Le parti de plan est simple et adapté à la vie scolaire. Train est attentif à la qualité de l’architecture, mais aussi à celle de l’hygiène et de la commodité (chauffage par 10 calorifères, ventilation, alimentation d’eau par réservoirs, éclairage au gaz dans tout l’établissement, etc.).

Les travaux, commencés en 1866, sont interrompus par la guerre de 1870, puis reprennent en 1871 et sont achevés en 1876.

 

Chaptal.jpg

Les commentaires des revues d’architecture (Revue générale d’architecture de C. Daly, Le Moniteur des Architectes) relatifs au collège Chaptal sont nombreux et élogieux :

"Le style général de la façade, boulevard des Batignolles, est une libre interprétation de l’art roman et de la Renaissance. Cette façade, de plus de 100 mètres de long, est flanquée de tours carrées et rythmée par un avant-corps colossal à cinq travées. Les angles et le centre des façades sont marqués par des pavillons dont les toits sont en pyramide tronquée avec lanternon.

La décoration est variée : brique utilisée pour des jeux géométriques polychromes, corniche en dents de scie, chéneaux ajourés en terre cuite, tirants de fer ouvragés. Des reliefs sculptés célèbrent le Commerce, l’Industrie, les Sciences et l’Art. Un buste d’Athéna, mère de ces activités, couronne le fronton du portail.

Cette architecture ne marque pas une rupture totale avec les lycées-casernes, mais on s’accorde à reconnaître qu’Eugène Train a eu le souci de produire une architecture "aimable" : la grande variété des élévations, la polychromie des matériaux en font un lycée moderne. Il s’inscrit dans cet ensemble de bâtiments scolaires qui matérialisent le grand élan pour l’instruction publique concrétisé par les lois de Jules Ferry."

(extraits du site Internet du lycée, photo wikipedia)

 

Aujourd'hui ce lieu de mémoire de la Troisième République est en danger. Témoin inestimable d'une époque, dont il reste beaucoup d'éléments de grande qualité à l'intérieur du site, il a été inscrit au titre des monuments historiques le 29 mai 1987.

Et pourtant nous avons été alertés sur la casse qui est actuellement en cours. Deux exemples :

- la salle des préparateurs de chimie a été vidée de ses meubles d'origine. Ils sont actuellement en morceaux dans la cour attendant, paraît-il, la benne à ordures pour certains, la vente pour d'autres;

- la lingerie, magnifique témoignage d'un internat du 19e siècle, avec ses casiers pour le rangement du linge, ses longs comptoirs pour le travail des lingères est près de subir le même sort.

 

L'architecte des bâtiments de France a-t-il donné son accord pour ces travaux ? A-t-il seulement été prévenu ?

 

Comment la communauté des enseignants, garante elle-aussi de la transmission de notre mémoire aux jeunes qu'elle éduque quotidiennement, peut-elle laisser faire ?

 

Il s'agit ici bien entendu de défendre la possibilité de concilier restauration, sûrement nécessaire, de locaux et adaptation aux impératifs pédagogiques du moment.

Partager cet article

Repost 0
Published by Paris historique - dans On en parle beaucoup
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Paris historique
  • Le blog de Paris historique
  • : Sauv'dernière est le blog de l'association pour la Sauvegarde et la Mise en valeur du Paris historique. Il publie l'actualité de la défense du patrimoine de tous les quartiers parisiens et des communes d'Ile-de-France...
  • Contact

Profil

  • Paris historique
  • Entreprendre et mener toute action permettant de promouvoir, protéger et faire connaître les quartiers de Paris et des communes d'Ile-de-France, afin de faire reconnaître et de sauvegarder leur harmonie architecturale, urbaine et sociologique.
  • Entreprendre et mener toute action permettant de promouvoir, protéger et faire connaître les quartiers de Paris et des communes d'Ile-de-France, afin de faire reconnaître et de sauvegarder leur harmonie architecturale, urbaine et sociologique.

A l'enseigne de l'Ours

Saissisez Votre Mot-Clé

Le cellier d'Ourscamp

On En Parle Beaucoup...